Publié le Laisser un commentaire

Le chemin de la vie

Poème écrit il y a longtemps,

Pour celle qui est aujourd’hui ma femme,

Ma Muse, le phare de mon âme,

Et la mère de mes enfants.

Photo de Lisa Fotios sur Pexels.com

Puisque la Vie est un chemin que l’on trace,

Puisque rien ne sert de revenir en arrière,

Pour que mes pas, même le temps ne les efface,

J’avance l’esprit libre et le cœur téméraire.

Alors, j’aperçois vite d’autres sentiers:

L’expérience , la Joie, l’Amour et l’Amitié.

Et des gens qui l’empruntent pour rejoindre mon chemin.

L’union fait la force et ensemble, on ne fait qu’un.

Et mon chemin devient route.

Tortueux, sinueux, parfois dangereux,

Les rochers de bonheur écrasent les cailloux de doute

Et je veux continuer, plus loin que ne peuvent voir mes yeux.

Las de marcher, trop pressé d’arriver,

Je me mets à courir et manque de trébucher.

Mais les autres sont là et savent me retenir.

Ils me prennent par le bras et l’on saute vers l’avenir.

Et ma route devient Pont.

Plus haut, plus fort, presque intouchable,

Survolant les rivières d’angoisses infranchissables.

Quelque chose de précis se dessine à l’horizon.

Les autres dévient un peu mais ils sont toujours là.

Quelqu’un me tient la main et guide à présent mes pas.

C’est maintenant avec elle que je veux avancer

Et nous donnons naissance à une petite allée.


Et mon pont devient Voie,

Voie de la Raison, de la Sagesse et du Partage.

Inutile de courir, maintenant, savourons chaque pas.

Mais la voie est trop droite, prenons quelques virages.

A l’aventure de tournants parfois incertains,

Alimentant toujours le mystère du lendemain,

Bien vite, l’allée devient route.

Elle est, à nos yeux, la plus belle de toutes.

Et ma voie devient Passerelle.

Passerelle vers l’ultime horizon.

Jamais la marche n’aura été si belle

Que celle menant au delà des questions.

Chaque pierre qui la compose n’est autre qu’un souvenir.

C’est alors, qu’avançant, je me mets à sourire,

Curieux de savoir quel chemin sera derrière,

J’y marcherai l’esprit libre et le cœur téméraire.

V.S. Nobius